+33 (0)6 43 64 37 62

Pourquoi courir le marathon de Rome ?

Le marathon de Rome est probablement l’un des plus beaux marathons d’Europe. Il est l’une des premières épreuves européennes printanières. Son attrait principal est le parcours magnifique qui passe par le cœur historique de la ville.

L’histoire du marathon de Rome.

Bénéficiant de l’engouement grandissant pour la course à pieds « hors stade », le marathon de Rome a vu le jour au début des années 80. En 2018 la municipalité de Rome a lancé un appel d’offres pour l’organisation du 25ème marathon en 2019. L’incertitude quant à l’édition 2019 a duré jusqu’à début octobre 2018. Ainsi le précédent site web www.maratonadiroma.it a donné place à www.maratonainternazionalediroma.it. En final, l’organisation de l’épreuve a été confiée à la FIDAL (Fédération Italienne d’Athlétisme).

Le village avant le marathon.

En 2018 le Sport Expo Marathon Village s’est tenu pour la première fois au nouveau Roma Convention Center, La Nuvola. Durant 3 jours avant la course, les 100 000 visiteurs ont pu visiter les 250 exposants du plus grand salon sportif et de divertissement d’Italie. Accès de la gare Termini : Metro ligne B, direction Laurentina, station “Eur Fermi- La Nuvola, Roma Convention Center”(durée 20 mn).

Le parcours

Les 20 000 participants qu’ils soient amateurs ou professionnels, mais tous âgés d’au moins 20 ans, devront couvrir les 42,195 km en moins de 7 h, durée limite imposée par l’organisation. Le départ sera donné Via Dei Fiori Imperiali (au pied du Colisée) pour suivre en grande partie la rive gauche du Tibre jusqu’à la traversée du Pont Cavour. Sur la rive droite, il serpentera dans les riches quartiers du Vatican (Castel San Angelo, Piazza San Pietro) et du Lepento jusqu’au stade Olympique d’où il retraversera le Tibre par le Pont Duca d’Aoste, pour rejoindre le demi-tour situé au Parc Villa Glori. Au retour, il reprendra en partie la rive gauche du Tibre, pour ensuite arpenter d’autres sites de la ville éternelle (Piazza Del Popolo, Piazza di Spagna, Piazza Navona, Piazza Venezia, etc). L’arrivée sera jugée au cœur de la Ville Impériale, au pied du Colisée.

Les autres épreuves

Immédiatement après le départ du marathon, une autre épreuve se met en place, pour le bonheur des accompagnants : “LA STRACITTADINA“. Cette course, non compétitive et non répertoriée, se déroule dans le centre historique de Rome et mesure 5 km. Le départ est le même que celui du marathon, mais l’arrivée sera à l’intérieur du Circus Maximus.

A la différence de certains marathons, il n’y a pas de semi-marathon le même jour. Celui-ci a lieu au mois de mars et le parcours vous emmènera du Palolottomatica (faubourgs de Rome) à Ostie (station balnéaire de Rome). Le retour en bus est assuré.

Un peu de tourisme…

Il est inutile de présenter la Ville Eternelle. Avant ou après le marathon, Rome présente une multitude de centres d’intérêts. Flâner dans ses ruelles et découvrir au détour de celles-ci une petite « Piazza » où savourer un Cappuccino ou un café Ristretto. Dans une de ses nombreuses Gelateria, déguster l’une de ces glaces aux innombrables parfums servies, non pas à la cuillère, mais à la spatule. Visiter de nombreux musées et bon nombre d’églises, plus riches les unes que les autres. La plus célèbre d’entre elles est, bien sûr, la Basilique Saint Pierre, à l’intérieur de laquelle tout est propice au recueillement et à l’émerveillement. Il ne faut pas hésiter à gravir les 508 marches qui mènent sur le dôme pour admirer la vue sur Rome et la beauté des jardins du Vatican. Les musées ne sont pas en reste dont ceux du Vatican (5 en enfilade) qui se terminent par la fantastique Chapelle Sixtine, chef d’œuvre de Michel Ange. Le Castel San Angelo (relié au Vatican par un viaduc à l’abri des regards) et pouvant servir de refuge aux Papes, propose de découvrir des pans d’histoire dans des salles où se déroulent des scènes reconstituées. La visite du Palais Farnèse sera possible (nombre de personnes limité) si vous réservez votre billet à l’avance, que vous êtes ponctuels, sans avoir oublié votre pièce d’identité. Symbole de la Dolce Vita, la Fontana di Trevi reste un élément incontournable lors de votre séjour à Rome.
La légende veut que en y jetant une pièce de monnaie, le dos tourné, il sera impossible de ne pas revenir à Rome.

Les clins d’oeil autour du marathon de Rome

Le record de l’épreuve est détenu par le Kenyan Benjamin Kiptoo en 2h 07’ 17’’ (2009).

Le record féminin appartient à la Russe Galina Bogomolova en 2h 22’ 53’’ (2008).

Pour le passage à l’an 2000, le départ a été donné le 1er janvier, de la place Saint Pierre après la bénédiction donnée aux coureurs par le Pape Jean Paul II. En 2010, l’Ethiopien Siraj Gena, a franchi la ligne d’arrivée pieds nus en hommage à Abebe Bikila. Abebe Bikila fut vainqueur du marathon Olympique en 1960, à Rome, et il courait pieds nus !

Au pays des pâtes, la « Pasta Party » est évidemment l’événement incontournable, la veille du marathon.

 

Passeport Marathon vous invite à découvrir et à réserver votre séjour marathon de Rome